Conférence de presse “Refresh democracy” du 30 mars 2011


Refresh Democracy est une plateforme visant à améliorer le vivre ensemble entre citoyens luxembourgeois et citoyens étrangers à la lumière d’une société de plus en plus multiculturelle. Elle regroupe les organisations politiques de jeunesse CSJ, JSL, JDL, Jonk Lénk, Déi Jonk Gréng, les Jeunesses communistes ainsi que l’ASTI.

Les trois piliers de revendications sur lesquels s’appuie notre action sont l’ouverture d’esprit des organisations, la facilitation et l’élargissement du droit de vote communal et la revalorisation du suffrage universel.

Dans le cadre de la présente conférence de presse, nous désirons montrer les possibilités qu’ont les communes au Luxembourg de sensibiliser les non-Luxembourgeois aux élections communales et d’encourager leur inscription sur les listes électorales. Nous voulons donc relever ici les « bonnes pratiques » de différentes communes du pays.

Information des potentiels électeurs non-luxembourgeois

    Pratiquement toutes les communes du pays organisent des campagnes d’information à destination de leurs habitants non-luxembourgeois afin de les inviter à s’inscrire sur les listes électorales avant la date limite du 15 juillet. Relevons ainsi notamment la reproduction des flyers et affiches de la campagne « je peux voter » dans le journal communal (Gemengenbuert, notamment à Bettembourg, à Differdange et à Remich). Certaines communes produisent elles-mêmes des affiches et des flyers destinés directement à ces personnes. Il faut ici particulièrement relever les affiches produites dans les langues étrangères (portugais, serbo-croate, espagnol, italien, etc. – notamment à Esch/Alzette et Sanem). L’organisation d’expositions, reprenant notamment celle de l’OLAI, s’inscrivent également dans cette perspective. Dans certaines communes, des témoignages d’étrangers vivant dans la commune seront intégrés dans les expositions de sensibilisation (Ville de Luxembourg).

    L’envoi de courriers personnalisés aux étrangers non-inscrits (Luxembourg, Steinsel, Differdange, Mamer, Rosport, etc.) est assez répandu, certaines communes s’adressant aux électeurs potentiels non-luxembourgeoisdans la langue de leur pays d’origine. Cette pratique devrait être généralisée.

    Certaines communes, mettent directement et visiblement sur leur site Internet le formulaire de demande d’inscription sur les listes électorales (Remich, Differdange, etc.).

    Actions de l’administration envers les potentiels électeurs non-luxembourgeois

      Les administrations communales se montrent dans certains cas très coopératifs afin de permettre l’inscription des non-luxembourgeois : ouverture du bureau de la population les samedis (Esch et Differdange), organisation et information sur la journée nationale de l’inscription (18 juin), voire d’une deuxième journée locale de l’inscription (Ville de Luxembourg), etc. Certaines communes aident activement les demandeurs à constituer leur dossier en demandant les certificats de résidence dans les anciennes communes de résidence des demandeurs, si ceux-ci comptabilisent certes cinq ans ou plus de résidence au pays, mais ont déménagé dans les dernières cinq années (Steinsel). Tout aussi activement, certains fonctionnaires et employés communaux en contact avec la population ont été sensibilisés aux arguments pour convaincre les non-inscrits à s’inscrire (Bettembourg). Finalement, certaines communes, avec l’aide de leur Commission consultative à l’intégration, organisent des réunions d’information et de sensibilisation. La Ville de Luxembourg compte également lancer une collaboration avec Radio Ara et Radio Latina afin de sensibiliser les citoyens non-luxembourgeois à s’inscrire.

      Actions sur le terrain

        Différentes communes n’hésitent pas à organiser des stands d’informations dans les rues commerçantes (Ettelbrück, Esch/Alzette). Dans un même esprit d’ouverture et de simplification administrative, de nombreuses communes mettent en place des guichets décentralisés lors de fêtes multiculturelles afin de permettre aux personnes intéressées de s’inscrire directement lors de ces occasions (Hesperange, Bettembourg). De nombreuses communes ont également recours au bus « je peux voter » qui est un magnifique instrument de sensibilisation (Niederanven, Ettelbruck, Betzdorf, etc.). Dans certaines grandes communes, le bus de l’inscription fera même halte dans plusieurs quartiers de la ville (Dudelange). Relevons également les tentatives d’utiliser les influences au sein des communautés étrangères, en appelant les électeurs non-luxembourgeois déjà inscrit à motiver leurs proches à faire de même (Esch/Alzette). Dans ce même esprit, des actions porte-à-porte sont envisagées, en appelant les membres des commissions communales d’intégration et les responsables des associations culturelles à sensibiliser ainsi les citoyens venant des mêmes régions qu’eux (Dudelange).

        Finalement, relevons que Refresh Democracy espère pouvoir être présent au « Rock um Knuedler » (3 juillet) avec le bus de l’ASTI afin d’apporter nous-mêmes notre contribution.

        Propositions et attentes

          Refresh Democracy espère que ce relevé de bonnes pratiques inspirera de nombreuses communes à reproduire certaines de ces actions. Remarquons cependant que les communes n’utilisent que marginalement les nouveaux médias et Refresh Democracy les encourage à recourir aux réseaux sociaux comme Facebook pour atteindre un grand nombre de citoyens. Il apparaît cependant également important de sensibiliser aux possibilités d’être candidat aux élections communales pour les non-luxembourgeois. De même, nous souhaitons que la Journée nationale de l’inscription prévue le 18 juin, soit promue et organisée de façon convaincante et demandons que toutes les administrations communales du pays soient ouvertes ce samedi-là. Finalement, nous appelons les responsables politiques communaux à s’investir activement dans la promotion du droit de vote des non-luxembourgeois.

          Intervenants à la Conférence de Presse :

          Julie WIECLAWSKI (CSJ)
          Marie BACK (Déi Jonk Gréng)
          Régis MOES (JSL)
          Jeff FELLER (JDL)
          Gilles RAMPONI (Jonk Lénk)
          Steve RICHTER (JCL)