Perspectives 2020 : La Ville de Luxembourg un « Monaco du Nord »?


Selon une étude préparatoire relative à la refonte du Plan d’Aménagement Général de la Ville de Luxembourg (PAG), notre capitale compterait en 2020, 120 000 habitants ce qui constituerait une croissance de 34 000 habitants en seulement 12 ans, soit une augmentation d’environ 39% !

Le CSJ-Stad accueille favorablement les perspectives de croissance de la ville qui font preuve de son attractivité et de sa robustesse économique. Le CSJ-Stad a toujours plaidé en faveur d’une ville vivante, attirant non seulement des professionnels mais également des habitants et plus particulièrement des familles…


C’est à ces égards que l’étude trace une image préoccupante de notre capitale et en particulier de son centre.

La Ville-Haute compte aujourd’hui 1876 habitants. Le taux de population du Centre-Ville est en forte régression (-4,7%). Le quartier du Pfaffenthal enregistre un taux régressif encore plus considérable (-6,4%) tandis que la population des quartiers Eich, Cents, Kirchberg et Neudorf augmente constamment.

De ces quelques chiffres on s’aperçoit que la croissance de la population de la ville est repartie de manière fortement inégale en fonction des quartiers considérés. Il est incontestable que certains quartiers disposent d’un potentiel de développement (en termes par exemple de terrains à bâtir) plus élevé que d’autres. Mais ce qui est d’autant plus inquiétant est la régression de la population des quartiers de la Ville-Haute et du Pfaffenthal.

Le PAG entend résoudre ces problèmes et propose de repeupler le centre ville en créant un nouveau dynamisme, en améliorant la qualité de vie des habitants, en apaisant la circulation, en organisant un centre élargi (Hollerich, Centre-Gare, Ville-Haute et Kirchberg) et des centres secondaires notamment autour du quartier Gasperich-Howald.

Le CSJ-Stad se demande toutefois comment les responsables de la ville de Luxembourg pourront maintenir, voire améliorer la qualité de vie des habitants de la ville, alors qu’en 12 ans le taux de croissance de la population par rapport à la situation actuelle atteindra les 39%. L’objectif, certes louable, de redynamiser le Centre-Ville se heurte selon la même étude à l’absence du potentiel de développement de ce dernier. Les quartiers présentant le potentiel de développement le plus élevé sont en effet les quartiers qui aujourd’hui enregistrent déjà une forte croissance (Kirchberg, Eich, Cents et Neudorf). Des concentrations ciblées d’habitants n’améliorent pas nécessairement la qualité de vie des quartiers respectifs et surtout ne résolvent pas la problématique fondamentale de la ville de Luxembourg, à savoir : le prix du logement.

La ville de Luxembourg est ville la plus sûre mais également la deuxième ville la plus chère d’Europe. En 2005, Luxembourg a même réussi à détrôner Londres. L’étude préparatoire du PAG ne consacre pas une seule ligne à ce problème fondamental qui pour le CSJ-Stad devrait être la clé de voûte de toute tentative de redynamisation de notre ville.

Le CSJ-Stad convie les responsables de réagir face aux prix exorbitants des logements de notre capitale et surtout de son centre. Afin que le marché de l’habitat devienne de nouveau accessible aux gens, le CSJ-Stad demande que la ville de Luxembourg libère davantage de terrains dont elle est le propriétaire pour y concrétiser des projets de logement à prix abordables.

Les objectifs fixés par l’étude ne tiennent pas compte de cet impératif social qui est à la fois garant d’une plus grande mixité sociale, d’une meilleure qualité de vie et d’une population repartie de manière plus égale. La ville de Luxembourg s’appelle avec fierté le « Gibraltar du Nord » doit elle également se vanter de devenir le « Monaco du Nord » ?

CSJ – Stad

4, rue de l’Eau

L- 1449 Luxembourg

stad@csj.lu

Luxembourg, le 30 juin 2008